Comment bien commencer un aquarium en Dry Start ?

Le lancement d’un nouvel aquarium est toujours très excitant. On imagine en amont la décoration, la population et on rêve déjà au rendu final, c’est un peu ce qui nous rend tous accro à cette passion qu’est l’aquariophilie. Alors attendez de voir ce qu’on peut faire avec le démarrage à sec (dry start method) !

hardscape DSM drystart
Placement du décor avant la plantation

Au lancement d’un bac, dans les premiers temps on peut aussi être confronté à quelques petits désagréments (plantes qui ne s’accrochent pas bien, débuts d’algues, plantes qui ne poussent pas assez vite).
Alors certes, il existe plusieurs façons de lancer un bac, avec des résultats plus ou moins différents, des temps de préparations plus ou moins long, etc.
Mais aujourd’hui, on vous présente une technique, loin d’être nouvelle, mais qui présente de nombreux avantages (pourvu que l’on soit armé de patiente). Alors aujourd’hui, on s’intéresse au Dry Start Method (que l’on pourrait traduire par « lancement à sec ») !

C’est une méthode d’aquariophilie qui est idéale si vous souhaitez lancer un bac avec un sol recouvert par une plante gazonnante (hemianthus callitrichoides Cuba, glossostigma elatinoides, utricularia graminifolia, etc.) ou contenant beaucoup de mousses (de java, taxiphyllum, etc.) et globalement tous les bacs d’aquascaping (particulièrement le style Iwagumi).
Cette méthode reste malgré tout utilisable quel que soit le type d’aquarium que vous souhaitez démarrer ! Ou si vous souhaitez simplement faire des économies sur vos plantes (et que vous êtes patient).

Notez quand même que : si vous vous lancez dans un aquarium style Iwagumi ou avec de la gazonnante, ce sont des aquariums qui demandent énormément d’entretien et une certaine maitrise. Il faudra prévoir presque obligatoirement un apport en CO2, un bon éclairage et dans certains cas un chauffage. Préférez le style Iwagumi ou l’aquascaping en général si vous êtes confirmé en aquariophilie ou curieux et très motivé.

 

Mais alors, un aquarium en Dry Start Method (DSM), qu’est-ce que c’est ?

 

Et bien le lancement à sec (méthode DSM : dry start method pour les plus pointilleux) est une technique qui vous invite à commencer votre aquarium (presque) sans eau !
On place le sol, les décorations, les plantes, on vaporise d’eau régulièrement et puis… on attend !

Mais alors pourquoi ? Et bien pour plusieurs raisons mais surtout pour offrir la meilleure croissance possible à vos plantes.
Tout d’abord, il est intéressant de savoir que la majorité des plantes aquatiques ne sont pas aquatiques de nature mais bien des plantes qui poussent en plein air, en émergées.
En effet, elles poussent et sont cultivées émergées (que ce soit en Thaïlande, au Pays-Bas ou autre suivant le producteur).
Et une plante en plein air poussera toujours plus vite et facilement qu’une plante en eau ! Elle poussera plus vite en plein air parce qu’elle aura :
– plus d’oxygène et CO2 à disposition,
– plus de lumière (moins de pertes à cause de l’eau),
– aucune adaptation à faire au milieu aquatique,
– pas de pression causée par le poids de l’eau.

Cela permet donc à vos plantes de pousser et se multiplier plus vite. Mais il y a aussi d’autres petits avantages avec la méthode d’aquariophilie Dry Start.

 

Quels sont les avantages et inconvénients du dry start ?

 

Les avantages sont nombreux comme vous pouvez l’imaginer. Alors on vous fait une petite liste non exhaustive des avantages de cette méthode :
– Des plantes pousseront mieux et plus vites (idéal si vous souhaitez lancer un bac Iwagumi ou d’aquascaping qui s’avère un peu complexe)
– En étant patient, vous ferez de belles économies sur les plantes (puisqu’elles se multiplieront plus facilement !)
– Vos plantes seront stables et auront un beau réseau racinaire (fini les plantes qui remontent à la surface)
– Possiblement moins d’algues au lancement de l’aquarium. Les plantes étant plus développées, elles formeront une meilleure barrière. Cela reste quand même le lancement d’un nouvel aquarium donc veillez bien à vos paramètres d’eau !
– Replanter (si nécessaire) s’avère forcément plus simple.
– Le sol sera déjà très bien colonisé en bactéries. Le filtre, une fois son implantation faite, sera donc aussi très vite colonisé.

L’inconvénient est quant à lui seul mais de taille : il va falloir s’armer de patience ! En effet, cette méthode de démarrage à sec peut prendre jusqu’à 8 semaines (voir plus pour ceux qui cherchent la perfection).
Certes le jeu en vaut la chandelle, mais pas sûr que tous les aquariophiles acceptent d’attendre aussi longtemps.

 

Dans la pratique : Toutes les étapes pour lancer un aquarium Dry Start

 

Préparation du matériel

Première étape : Placez le sol dans votre aquarium. Pour créer du relief, vous pouvez placer une roche volcanique sous votre sol qui sera un excellent support pour vos décorations et qui favorisera l’expansion des racines de vos plantes.

Deuxième étape : Placez ensuite vos décors naturels (roches et/ou racines). Veillez bien aux proportions, le plus important étant bien sûr que le résultat vous plaise.

Troisième étape : Placez le sol sur la roche volcanique et partout autour des décors. Préférez un sol technique qui apportera tous les nutriments nécessaires à la croissance de vos plantes.

Quatrième étape : Humidifier le sol et commencer à planter vos boutures. L’humidification facilitera la plantation. Versez ensuite 1 ou 2 cm d’eau sur votre sol (l’eau ne doit pas dépasser le niveau du sol).

Cinquième étape : Humidifiez bien l’aquarium, recouvrez-le (pour maintenir l’humidité) et éclairez entre 8 et 10 heures par jours. Utilisez bien le même éclairage que vous utiliserez une fois l’aquarium en eau.

Sixième étape : Humidifiez régulièrement votre aquarium pendant 4 à 8 semaines (ou plus si vous le désirez) jusqu’à obtenir l’effet escompté. Faites particulièrement attention aux mousses qui ne doivent jamais sécher. L’utilisation d’engrais pour plantes est possible.

Septième étape : Une fois prêt mettez votre aquarium en eau ! Pensez à verser une eau à température ambiante pour éviter un choc thermique trop important à vos plantes.
Il s’en suivra un temps d’adaptation au milieu aquatique, il se peut donc que vos plantes aient mauvaise mine pendant une ou deux semaines, c’est normal.
Enfin, n’oubliez pas le cycle de l’azote (même si celui du sol est déjà commencé), placez votre matériel (système CO2, filtre, chauffage, etc.) et profitez du résultat !

Plus qu’a patienter !

À savoir :
– Certaines plantes sont exclusivement aquatiques et ne conviennent pas à la méthode Dry Start. Dans ces plantes, vous retrouverez notamment : les variétés d’apogoneton, les cabomba, egeria, vallisneria (liste plus exhaustive ici). Renseignez-vous en amont avant d’intégrer vos plantes.
– Il est recommandé de ne pas intégrer les racines avant la mise en eau. En effet, bien que cela ne soit pas catastrophique, sous l’effet de l’humidité, vos racines risquent de développer des moisissures.
– Même si vos plantes auront de belles racines, veillez à remplir l’aquarium avec délicatesse.

Tentez par la méthode Dry Start ? N’hésitez pas à échanger avec nous en commentaire ! À l’origine utilisée pour l’aquascaping, rien ne vous empêche de l’utiliser quel que soit le style de votre aquarium.
En effet, les avantages que procure le démarrage à sec sont loin d’être négligeables !

 

8 Commentaires sur “Comment bien commencer un aquarium en Dry Start ?

    • Materiel Aquatique says:

      Bonjour,

      La plupart des Echinodorus sont des plantes de grandes tailles qui ne conviendront pas à la méthode DSM (Dry Start). Par contre cela fonctionne très bien avec l’Echinodorus Tenellus, appelée maintenant Helanthium Tenellum.

  1. Vincent says:

    Bonjour, j’ai démarré un projet Iwagumi en DSM. Fond en pozolane recouvert de sol technique avec un hardscape en roche. J’ai planté uniquement du gazonnant en Micranthemum Monte Carlo. J’ai 5cm d’eau en fond de bac. 10 jours sans problème, j’utilise de l’eau décanté deux fois par jour en pulvérisations fine. Hier j’ai vidé 2cm le surplus d’eau qui dépassait du sol pour éviter la prolifération d’algue. Questions: cette eau peut-être utilisée pour l’arrosage vu qu’elle a baigné une partie du sol technique ? Ou/et il vos mieux utiliser un engrais ? Si oui de quel type ?

    • Materiel Aquatique says:

      Bonjour,

      Si j’ai bien compris vous désirez vous servir du surplus d’eau pour arroser vos plantes d’interieur. Dans ce cas aucun soucis, bien que l’eau soit relativement pauvre en l’absence d’engrais et de poissons dans votre aquarium, elle sera toujours plus enrichie que celle du robinet. Enfin, lorsque l’aquarium sera en route, vous pourrez tout à fait vous servir de l’eau de vos changements d’eau pour arroser vos plantes. 🙂

      • Vincent says:

        Bonjour et merci pour la rapidité de la réponse.

        Je me suis mal exprimé, je compte utiliser l’eau de surplus pour l’a pulvérisation sur la gazonnante. Je me suis demandé si le fait de baigner dans le sol technique ne chargeait pas l’eau en nutriments bon pour l’humidification des mes micranthemum. Cela me permettrait d’avoir un sicle en vase clos entre les 5L présents en fond de bac et 1L de réserve dans mon pulvérisateur que je récupère une fois par semaine du surplus d’arrosage de ce même bac. Je compte faire durer le drystart encore deux mois le temps d’economiser pour l’achat du kit CO2 et bien sûr la prolifération de ma gazonnante dans tout le bac.
        Merci d’avance

        • Materiel Aquatique says:

          Bonjour Vincent,

          Vous pouvez en effet réutiliser l’eau de surplus de pulvérisation pour la réinjecter plus tard dans votre aquarium en dry start. Elle contiendra éventuellement quelques nutriments supplémentaires qui ne seront pas présents dans l’eau du robinet ou en eau osmosée (qui n’est d’ailleurs pas obligatoire).
          C’est un petit plus. Néanmoins, l’utilisation de l’eau du robinet est aussi amplement suffisante. Le principe est exactement le même qu’une plante dans du terreau.
          En dry Start Method la réutilisation de l’eau est idéale si vous souhaitez être proche de la perfection. Mais si cela est trop contraignant pour vous, utilisez de l’eau du robinet, la différence au final ne sera pas flagrante.

          Si vous êtes soucieux, préférez la réutilisation, sinon faites au plus simple. Ma recommandation (compte tenu du résultat final) est de faire ce qui vous procure le pus de plaisir 😉

          David

  2. Dani45 says:

    Superbe méthode. Juste une question,: les plantes issu de bouture qui n’ont pas encore de racines, peuvent-elles survivre ? Ou faut-il obligatoirement qu’elles aient des racines ?

    • Materiel Aquatique says:

      Bonjour,

      Il ne devrait pas y avoir trop de soucis sans racines. Néanmoins, il est toujours préférable d’attendre un peu que les boutures aient des racines, ce qui est un des grand avantage de la dry start method. Cela permettra de vous assurer une bonne croissance de ces dernières et qu’elles ne remontent pas à la surface une fois la mise en eau.

      David,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.